Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mai 2018 7 13 /05 /mai /2018 17:29

 

         C’est maintenant officiel, la nouvelle vient de parvenir aux premiers concernés, les chanteurs inscrits à la session EUROCHORUS 2018 : le prochain stage est annulé, faute d’un nombre suffisant de participants.

         Pour une petite organisation comme la notre, c’est bien sûr un coup dur, un mauvais signe envoyé à une saga toulousaine remontant à 2005 et émaillée de quelques succès non négligeables : rappelez-vous King Arthur en 2011 à la Halle aux Grains, avec l’Orchestre de Chambre de Toulouse, ou encore Les Vêpres de Monteverdi, l’an dernier, à l’auditorium Saint Pierre des Cuisines.

         Comment en sommes-nous arrivés là ?

         Notre projet musical annuel doit surfer entre plusieurs réalités :

  • Accueillir en moyenne une centaine de participants, que nous devons faire dormir, alimenter et immerger dans un bain musical, tout cela au sein d’une ambiance détendue, propice à la réalisation artistique.
  • A priori, le thème musical est le premier élément déclenchant l’adhésion, mais il y a d’autres paramètres : l’intérêt pour les personnes assurant l’animation technique (le(s) chef(s), les profs de chant, la nature du travail…), la convivialité et la simplicité sur le plan des échanges humains, l’histoire (le taux de retour d’une année sur l’autre est assez élevé), la localisation toulousaine (Toulouse est une ville attractive, semble-t-il) etc.
  • Un projet comme le notre est donc une sorte d’alchimie brassant plusieurs éléments positifs, face à des faiblesses structurelles, dont je ne citerai que 2 exemples : une équipe d’organisation réduite (forte par sa motivation, mais soumise aux aléas du temps par la nécessité de gérer plein de domaines différents) et un cadre d’accueil un peu « spartiate » : nous trouvons au Lycée privé Saint Joseph une grande capacité d’accueil, mais des conditions de moins en moins adaptées aux exigences hôtelières de notre époque. C’est comme ça : nous proposons une solution économique minimale, adaptée à tous, bien qu’il soit également possible d’organiser soi-même son hébergement, certains le pratiquent déjà.
  • Il est clair que le projet musical 2018  a suscité peur, méfiance, recul, à cause de la notoriété très faible des œuvres. Dans ces conditions, rassembler un grand groupe (gage d’équilibre budgétaire) devient très compliqué. Les années précédentes, le chiffre d’inscrits au 15 mai tournait autour de 90 personnes : cette année nous n’en sommes qu’à peine à la moitié et je ne parle pas de l’équilibre vocal entre les pupitres.
  • Après plusieurs années autour de grands standards de la musique chorale, le moment était venu, me semble-t-il, de prendre un « petit risque » artistique et  ouvrir davantage le public à la musique de notre époque. Britten et Gjeilo sont loin d’être des révolutionnaires de la musique, mais chacun d’eux ouvre des perspectives de création, à partir du langage musical choisi. Le verdict populaire a frappé, avec toute sa cruauté et son intransigeance.

 

Mais nous ne baissons pas les bras, bien au contraire.

Nous allons repartir !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je peux d’ores et déjà vous annoncer que, comme prévu, la direction artistique d’Eurochorus va bien changer d’incarnation : Elsa Goujon-Grégori, qui jusque là intervenait dans le cadre du coaching vocal, va devenir la nouvelle directrice artistique, ce sera son rôle de construire un avenir à Eurochorus. Pour ma part, je resterai président de l’Association, désireux de favoriser un tandem efficace.

 

Le bureau va mettre toute son énergie pour organiser la session 2019, en commençant par une projection sur l'avenir d'EUROCHORUS. Nous ne manquerons pas de vous convier à participer prochainement à nos réflexions.

 

                                                                               

Jacques Michel

     

 

Partager cet article
Repost0

commentaires